Menu Home

Traite et exploitation d'êtres humains

Les êtres humains ne sont pas des marchandises - Lutte efficace contre la traite et l’exploitation des êtres humains

L’exploitation a de nombreuses facettes brutales. Au niveau mondial, 40 millions de personnes sont victimes de la traite des êtres humains, dont presque la moitié sont des femmes et plus d’un tiers des enfants. L’exploitation sexuelle (prostitution, pédophilie, pornographie, mariage forcé) et l’exploitation des forces de travail (travail domestique forcé, servitude pour dette, mendicité, etc.) sont les formes les plus courantes de ce crime. Selon l’Office fédéral de la police (fedpol), la traite des êtres humains « n’est rien moins que de l’esclavage moderne ». En 2013, 880'000 personnes dans la seule Union Européenne étaient exploitées dans des conditions proches de l’esclavage.

 La Suisse est un pays de destination et de transit pour ce commerce des êtres humains. En Suisse également, les êtres humains sont transformés en marchandises, pour vendre leur corps pour du sexe ou sont rendus dépendants afin d’exploiter leur force de travail dans les tâches domestiques, dans la restauration, dans l’agriculture ou sur les chantiers. Les connaissances sur la nature et l’ampleur du phénomène sont incomplètes ; les experts estiment toutefois que le nombre de cas non signalés est énorme.

Cependant, le nombre d’infractions enregistrées et poursuivies est faible. L’exploitation est une activité à faible risque en Suisse. En fait, elle est rarement ou faiblement punie et est donc extrêmement lucrative. Des priorités claires de la part des politiciens et des autorités, des ressources urgentes pour les spécialistes et les enquêteurs ainsi que des ajustements législatifs sont nécessaires. Le plan d’action national contre la traite des êtres humains requiert également une intensification des poursuites pénales afin de créer un effet dissuasif crédible. L’exploitation ne doit plus être rentable.

Nous demandons

  • Le PEV demande que les cantons obtiennent immédiatement les moyens financiers nécessaires à la poursuite pénale des délits relatifs à la traite des êtres humains.
  • Le PEV soutient l’interdiction des achats de services sexuels en Suisse.
  • Le PEV demande à la Confédération et aux cantons la mise en place d’un programme complet de prévention et de sensibilisation à la problématique des loverboys. Ceux-ci rendent les jeunes filles émotionnellement dépendantes et les poussent à la prostitution.
  • Le PEV demande la création d’une infraction spécifique pour l’ « exploitation des forces de travail » afin que les infractions liées à l’esclavagisme moderne soient enfin poursuivies et punies de manières adéquates.

Nous nous engageons pour :

  • Pour une procédure pénale efficace contre l’exploitation et la traite des êtres humains.
  • Pour l‘interdiction des achats de services sexuels en Suisse.
  • Pour la prévention et la sensibilisation contre les loverboys.
  • Pour de vraies poursuites pénales de l’exploitation des forces de travail.

Participer ?

Vous aimeriez apporter votre contribution au sein de ce sujet de manière passionnée et compétente? Volontiers! Annoncez-vous à info@evppev.ch.