Enfin des allocations pour enfants équitables !

Les résul­tats des vota­tions d’aujourd’hui ont réjoui les membres du PEV Suisse. Les pres­ta­tions des familles sont enfin recon­nues par­tout de la même façon et notre pays va conti­nuer d’apporter son aide aux pays de l’Est. Cepen­dant, le finan­ce­ment du « mil­liard de la cohé­sion » ne doit en aucun cas se faire au détri­ment de l’aide au déve­lop­pe­ment.

Le Parti Evan­gé­lique Suisse affiche sa satis­fac­tion après que les élec­teurs se sont pro­non­cés aujourd’hui en faveur des deux projets de loi qui leur étaient sou­mis. L’acceptation de la loi sur les allo­ca­tions pour enfants va per­mettre à toutes les familles de Suisse de rece­voir le même mon­tant mini­mal pour les allo­ca­tions. « La loi recon­naît enfin les pres­ta­tions des familles », se réjouit le conseiller natio­nal Wal­ter Donzé (PEV, BE). « Quand une famille ne fonc­tionne pas bien, elle coûte beau­coup plus cher à l’Etat. » Mais le PEV ne sou­haite pas en res­ter là. Il conti­nue en effet d’examiner l’idée de créer une rente pour enfants qui rem­pla­ce­rait toutes les pres­ta­tions et autres déduc­tions accor­dées aux familles, et ce afin de faci­li­ter le sys­tème des allo­ca­tions. Une telle rente serait finan­cée non pas unique­ment par les sala­riés, mais par tous les contri­buables, car c’est l’ensemble de la société qui pro­fite des pres­ta­tions des familles.<?xml:namespace pre­fix = o ns = "urn:schemas-microsoft-com:office:office" />

 

« Le cœur et la rai­son ont enfin triom­phé.» C’est avec ces mots que le conseiller natio­nal Hei­ner Stu­der (PEV, AG) a accueilli le Oui à la loi sur l’aide aux pays de l’Est. En accep­tant cette loi, les élec­teurs ont choisi de s’engager une fois de plus sur la voie bila­té­rale. Ce Oui per­met désor­mais à la Suisse de sou­te­nir direc­te­ment les nou­velles démo­cra­ties d’Europe de l’Est, par le biais de projets libre­ment sélec­tion­nés.

 

Cepen­dant, et on ne le répé­tera jamais assez, le finan­ce­ment de ce « mil­liard de la cohé­sion » ne doit en aucun cas nuire à l’aide au déve­lop­pe­ment. Or, sur ce point, la Com­mis­sion des finances du Conseil natio­nal a omis un détail impor­tant : contrai­re­ment à ce qui avait été ini­tia­le­ment prévu, elle n’a pas aug­menté de 18 mil­lions les cré­dits alloués à l’aide tra­di­tion­nelle aux pays de l’Est, cré­dits que le Conseil fédé­ral avait préa­la­ble­ment réduits. Si la situa­tion reste inchan­gée, tout porte à croire que l’aide au déve­lop­pe­ment sera tou­chée. Le PEV Suisse sup­pose donc que les Chambres fédé­rales répa­re­ront cet oubli durant la ses­sion d’hiver.

 

Zurich, le 26 novembre 2006/nh