Menu Home

news

Nouveau programme et deux points forts du Parti Evangélique pour 2015

Le PEV a pré­senté ce matin à Berne son nou­veau pro­gramme et deux points forts thè­ma­tiques pour l’année élec­to­rale 2015. Il s’engagera pour la réforme de l’imposition sur les suc­ces­sions et contre la libé­ra­li­sa­tion pré­vue du diag­nos­tic pré­im­plan­ta­toire. Le logo du parti et l’identité visuelle ont été rajeu­nis pour mieux cor­res­pondre aux moyens de com­mu­ni­ca­tion en ligne.

Nou­veau pro­gramme: dura­bi­lité, bien com­mun et dignité humaine

Le nou­veau pro­gramme du PEV, pré­senté ce matin en confé­rence de presse, s’articule autour des prin­cipes de jus­tice, res­pect des droits de l‘homme, enga­ge­ment pour les faibles et les per­sé­cu­tés et soli­da­rité inter­gé­né­ra­tion­nelle. Le Parti Evan­gé­lique Suisse y prend aussi posi­tion sur l’école et le cha­pitre « envi­ron­ne­ment et éner­gie »  a été scindé pour adres­ser plus concrè­te­ment les défis actuels.

Marianne Streiff, pré­si­dente du PEV Suisse, rap­pela: « Notre poli­tique a toujours visé la dura­bi­lité, l’amélioration des pers­pec­tives de nos petits-enfants en quelque sorte.» Ceci inclut notam­ment le sou­tien aux „wor­king poor“.  Le vice-président François Bach­mann a de son côté sou­li­gné que l’économie avait besoin d’un cadre éthique solide et que la Suisse ne pou­vait plus se per­mettre d’accepter des avoirs non fis­ca­li­sés et se devait d’échanger auto­ma­tique des infor­ma­tions avec l’UE à ce sujet.
Le PEV exige en outre des pro­cé­dures d’asile effi­cientes et des efforts sup­plé­men­taires pour inté­grer les étran­gers une fois qu’ils ont été admis. « La pro­cé­dure de natu­ra­li­sa­tion doit être juste et les enfants allo­phones doivent être par­ti­cu­liè­re­ment sou­te­nus », déclara Mme Streiff.

Le nou­veau pro­gramme est le résul­tat d’un pro­ces­sus démo­cra­tique de plus d’une année, par­tant des idées de la base du parti et pas­sant par une consul­ta­tion auprès des par­tis can­to­naux et du comité natio­nal du PEV. Il a été ava­lisé en juin 2014 lors d’une assem­blée de délé­gués dédiée à ce sujet.

 

Points forts 2015: réforme de l’imposition des suc­ces­sions et DPI

Le PEV n’a pas encore fixé défi­ni­ti­ve­ment les thèmes pour les élec­tions 2015. Son agenda poli­tique sera cepen­dant dominé par deux thèmes : l’initiative sur la réforme de l’imposition des grandes suc­ces­sions et le diag­nos­tic pré­im­plan­ta­toire (DPI).

La réforme de l’imposition des grandes suc­ces­sions pro­pose de rem­pla­cer les impôts suc­ces­so­raux can­to­naux par un impôt fédé­ral, des­tiné à deux tiers à l’AVS et un tiers aux can­tons. Un impôt de 20% serait dû sur la part d’une suc­ces­sion dépas­sant deux mil­lions de francs. Afin de ne pas mettre en dan­ger des places de tra­vail ou un domaine agri­cole, une fran­chise plus éle­vée et un taux réduit seraient pro­po­sés par le par­le­ment pour les suc­ces­sions qui incluent une entre­prise ou un domaine.
Les ini­tiants s’attendent à un taux de 5% et une fran­chise entre 20 et 50 mil­lions. « La mai­son des parents, la PME fami­liale ou le domaine res­tent libres d’impôt avec cette fran­chise », sou­li­gna Joel Blu­nier, secré­taire géné­ral  lors de la confé­rence de presse. Le PEV, qui mène la cam­pagne, s’attend à une vota­tion popu­laire en juin 2015.

Le deuxième point fort thé­ma­tique est la modi­fi­ca­tion de la consti­tu­tion pré­vue pour libé­ra­li­ser le diag­nos­tic pré­im­plan­ta­toire (DPI). Le PEV a toujours contesté le choix de fabriquer des embryons in vitro sur­nu­mé­raires. « Nous ne vou­lons pas ouvrir la porte à une dis­tinc­tion entre vie utile ou non utile, basée sur une ana­lyse géné­tique », a rap­pelé Mme Streiff.Le diag­nos­tic pré­im­plan­ta­toire, inter­dit à l’heure actuelle en Suisse, ana­lyse le maté­riel géné­tique d’un embryon afin de dépis­ter des mala­dies héré­di­taires graves ou des ano­ma­lies chro­mo­so­miques. L’adaptation de la loi sur la pro­créa­tion assis­tée veut intro­duire le droit d’analyser tous les embryons conçus in vitro avant de les implan­ter, et d’en éli­mi­ner ceux qui pré­sen­te­raient un pro­blème poten­tiel. Contrai­re­ment au Conseil fédé­ral qui vou­lait réser­ver la pos­si­bi­lité du DPI aux couples pré­sen­tant des risques accrus de mala­die héré­di­taire grave (envi­ron 150/an), le par­le­ment a élargi la pro­po­si­tion à tous les embryons issus d’une fécon­da­tion in vitro (envi­ron 6’000/an)  et a aussi inclus le scree­ning chro­mo­so­mique qui per­met d’identifier les embryons poten­tiel­le­ment tri­so­miques. Le comité exé­cu­tif du PEV a décidé de lan­cer le réfé­ren­dum contre la loi si le peuple accepte la modi­fi­ca­tion de la Consti­tu­tion (vota­tion pré­vue le 14 juin 2015).

 

Nou­velle iden­tité visuelle

Le nou­veau logo du PEV, un point jaune qui entoure la dési­gna­tion « PEV – Parti Evan­gé­lique », détonne autant par sa forme que par son mes­sage. « Cette iden­tité visuelle nous per­met de mieux com­mu­niquer dans les médias en ligne et de sou­li­gner notre posi­tion­ne­ment au centre », fait remarquer Jean-Daniel Roth, res­pon­sable de com­mu­ni­ca­tion. La nou­velle charte gra­phique sera intro­duite au fur et à mesure lors des pro­chaines élec­tions can­to­nales, à com­men­cer par Bâle-Campagne début 2015.

 

Site web du PEV: www.evppev.ch

Berne, le 21 octobre 2014/jdr/fb

 

Pour tout ren­sei­gne­ment:

Marianne Streiff-Feller, pré­si­dente du PEV Suisse et conseillère natio­nale: 079 664 74 57

François Bach­mann, vice-président: 079 668 69 46

Joel Blu­nier, secré­taire géné­ral du PEV Suisse: 076 379 76 79

Jean-Daniel Roth, res­pon­sable de com­mu­ni­ca­tion du PEV Suisse: 079 193 12 70