Menu Home

news

Le PEV regrette le rejet de la caisse unique

Le PEV accepte la déci­sion du peuple au sujet de la caisse unique et exprime son regret de ne pas avoir saisi l’opportunité d’amorcer un chan­ge­ment de sys­tème. Il prend acte avec satis­fac­tion du NON à l’initiative sur la TVA de Gas­tro­Suisse. Cette ini­tia­tive aurait créé de nou­velles inéga­li­tés et creusé un trou dans les caisses fédé­rales.

NON à la caisse unique, oppor­tu­nité manquée

La colère grande : la semaine der­nière, le ministre de la santé Alain Ber­set annonçait que les primes d’assurance mala­die allaient aug­men­ter de 4% en 2015. Une fois encore il a été éta­bli que le sys­tème actuel ne per­met­trait pas d’endiguer l’explosion des coûts. Pour­tant ce choc n’a appa­rem­ment pas suffi à convaincre le peuple de la néces­sité de chan­ger de sys­tème dans la mesure où l’initiative popu­laire « Pour une caisse publique d’assurance mala­die » (caisse unique) a été lar­ge­ment refu­sée.  

 

La caisse unique aurait offert la pos­si­bi­lité de chan­ger d’aiguillage et d’éliminer le refus illi­cite de prise en charge des coûts et les paie­ments dif­fé­rés des indem­ni­sa­tions. À moyen et long terme, la caisse unique aurait engen­dré des éco­no­mies sub­stan­tielles – grâce à une prise en charge effi­ciente des mala­dies chro­niques, des mala­dies coû­teuses, grâce à un accent plus impor­tant mis sur la pré­ven­tion ainsi qu’une posi­tion plus forte en cas de négo­cia­tion pour les tarifs et les prix. Cette oppor­tu­nité a mal­heu­reu­se­ment été écar­tée. Il reste à espé­rer que la nou­velle Loi sur la sur­veillance des caisses mala­die don­nant de meilleures pos­si­bi­li­tés de contrôle à l’OFSP sera effi­cace. La ques­tion reste de savoir si la Confé­dé­ra­tion pos­sède suf­fi­sam­ment de moyens pour contrô­ler les 61 caisses mala­dies exis­tantes. Le fait est que mal­heu­reu­se­ment les assu­rés conti­nue­ront avec leurs primes à payer la pseudo-concurrence et ne seront pas épar­gnés par les appels publi­ci­taires incom­mo­dants.

 

 

Ini­tia­tive injuste sur la Taxe sur la valeur ajou­tée refu­sée à juste titre

Le PEV prend acte avec satis­fac­tion que l’initiative néfaste sur la TVA de Gas­tro­Suisse a été refu­sée par la voix popu­laire. Cette ini­tia­tive aurait créé un trou pro­fond dans les caisses fédé­rales et créé de nou­velles injus­tices. La baisse du taux pour les entre­prises de la gas­tro­no­mie aurait théo­rique­ment pu repré­sen­ter des éco­no­mies pour les clients. Mais il est plus vrai­sem­blable que le consom­ma­teur se serait trouvé dans une posi­tion pire que jusqu’à aujourd’hui. Car les pertes de ren­trées fis­cales auraient dû être com­pen­sées par la Confé­dé­ra­tion. Le plus vrai­sem­blable pour cela aurait été l’augmentation de la TVA abais­sée de plus de un pourcent. Cela aurait engen­dré l’augmentation de tous les pro­duits ali­men­taires, de l’eau aux médi­ca­ments. Au vu des primes en hausse des caisses mala­dies, le PEV est sou­lagé que cette ini­tia­tive ait été lar­ge­ment refu­sée.

 

 

Site inter­net du PEV: www.evppev.ch

 

Berne, le 28 sep­tembre 2014/jdr

 

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller (BE), pré­si­dente du PEV Suisse, conseillère natio­nale: 079 664 74 57

François Bach­mann (VD), vice-président romand du PEV Suisse : 079 668 69 46

Maja Ingold (ZH), conseillère natio­nale : 079 339 23 22

Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV Suisse : 079 948 68 93

Joel Blu­nier, secré­taire géné­ral PEV Suisse : 076 379 76 79

Jean-Daniel Roth, chargé de com­mu­ni­ca­tion du PEV Suisse : 079 193 12 70