Le PEV veut mettre fin à la spéculation sur les produits alimentaires et dépénaliser le mariage

A sa 2ème Assem­blée extra­or­di­naire des délé­gués à Frauen­feld le PEV a décidé un OUI à l’initiative popu­laire « Pas de spé­cu­la­tion sur les den­rées ali­men­taires ! ». L’initiative sou­ligne les thèmes-phares du PEV : jus­tice, dura­bi­lité et dignité humaine. Les délé­gués dirent éga­le­ment OUI à l’initiative popu­laire « Pour le couple et la famille – Non à la péna­li­sa­tion du mariage. »

Le Conseiller natio­nal (PS) Phi­lipp Hadorn plaida pour l’acceptation de l’initiative popu­laire « Pas de spé­cu­la­tion sur les den­rées ali­men­taires ! ». L’initiative exige une inter­dic­tion de spé­cu­ler sur les den­rées ali­men­taires pour les acteurs finan­ciers ayant leur siège ou leur éta­blis­se­ment en Suisse. Lors de la dis­cus­sion, les délé­gués ont fait valoir que le PEV devrait don­ner une voix aux pays en voie de déve­lop­pe­ment et qu’il était néces­saire de don­ner un signal clair qui sou­ligne les thèmes-phares du parti : jus­tice, dura­bi­lité et dignité humaine, pour fina­le­ment accep­ter l’initiative contre la spé­cu­la­tion ali­men­taire par 86 contre 15 voix, avec 9 abs­ten­tions.

Arrê­ter enfin avec la péna­li­sa­tion du mariage en matière du droit fis­cale

La Conseillère natio­nale Edith Graf-Litscher (PS) pré­senta les argu­ments contre l’initiative « Pour le couple et la famille – Non à la péna­li­sa­tion du mariage ». La pré­si­dente du parti et Conseillère natio­nale PEV Marianne Streiff-Feller plaida en revanche en faveur de l’initiative : « Le tri­bu­nal fédé­ral a aboli la péna­li­sa­tion des couples en 1984. Mais la légis­la­tion n’a pas pro­gressé ! » Rap­pe­lant que le PEV exige l’abolition de ces injus­tices dans son pro­gramme de parti, elle a sou­li­gné qu’environ 80’000 couples sont toujours concer­nés par la sur­charge fis­cale des couples mariés par rap­port aux autres com­mu­nau­tés de vie. De plus, le pla­fon­ne­ment arbi­traire de la rente AVS de couple marié à 150% est dis­cri­mi­na­toire et injuste. « Avec un Oui à l’initiative, le Conseil fédé­ral et le Par­le­ment seront char­gés d’élaborer enfin des solu­tions justes et de les mettre en œuvre », sou­li­gna Streiff. La défi­ni­tion contro­ver­sée du mariage dans le texte de l’initiative cor­res­pond, selon Streiff, à la défi­ni­tion par­ta­gée par le PEV. Avec le vote sur la nou­velle consti­tu­tion, le mariage était inter­prété et défini dans ce sens tra­di­tion­nel en confor­mité avec la Conven­tion Euro­péenne des droits de l'homme et accepté par le Conseil fédé­ral, le par­le­ment, et le peuple. Pour élar­gir le mariage aux par­te­na­riats entre per­sonnes du même sexe, il fau­drait de toute façon un chan­ge­ment de Consti­tu­tion par le biais d’une vota­tion popu­laire. Par 95 voix contre 10 et 4 abs­ten­tions, les délé­gués du PEV sui­virent leur Pré­si­dente et dirent clai­re­ment Oui à l’initiative.

 

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller, pré­si­dente du PEV, Conseillère natio­nale: 079 664 74 57,
marianne.streiff(at)parl.ch
Maja Ingold, Conseillère natio­nale: 079 339 23 22,
maja.ingold(at)parl.ch
François Bach­mann, vice-président du PEV: 079 668 69 46,
francois.bachmann(at)pev-vd.ch
Joel Blu­nier, secré­taire géné­ral du PEV: 076 379 76 79,
joel.blunier(at)evppev.ch
Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV : 079 948 68 93,
christian.meyer(at)evppev.ch