Le PEV veut mettre fin à la pléthore de listes électorales et demande un système électoral simple et équitable

Près de 6'000 candidat-e-s se pré­sentent sur l'une des quelque 620 listes élec­to­rales pour les 200 sièges du Conseil natio­nal. Pour les élec­teurs, ce record signi­fie sur­tout une chose : les élec­tions deviennent confuses, l'enveloppe conte­nant les docu­ments et le maté­riel de pro­pa­gande est de plus en plus épaisse, et la frus­tra­tion aug­mente. Le Conseiller natio­nal PEV Marc Jost sou­haite mettre un terme à cette ava­lanche de listes et pas­ser à un sys­tème élec­to­ral simple et équi­table. C'est ce qu'il demande dans la motion dépo­sée aujourd'hui "Mettre fin à l'avalanche de listes élec­to­rales - Pour un sys­tème élec­to­ral simple et équi­table lors des élec­tions au Conseil natio­nal".

En 2003, le nombre de candidat-e-s était deux fois moins impor­tant qu'en 2023. Le nombre de candidat-e-s a éga­le­ment aug­menté de plus d'un quart par rap­port à 2019. La rai­son en est simple : avec des listes et des candidat-e-s sup­plé­men­taires, les par­tis espèrent obte­nir des voix sup­plé­men­taires, même s'il est clair dès le départ que les candidat-e-s de ces listes sup­plé­men­taires n'ont aucune chance d'obtenir un siège au Conseil natio­nal, mais qu'ils servent unique­ment à cap­ter des voix.

Des appa­ren­te­ments de listes peu clairs

Dans cer­tains Can­tons, il fau­dra pro­ba­ble­ment envoyer deux enve­loppes élec­to­rales aux élec­teurs au lieu d'une, ce qui devrait aug­men­ter consi­dé­ra­ble­ment les frais d'expédition pour les com­munes. Outre la plé­thore de listes, un sujet en par­ti­cu­lier pré­oc­cupe les médias, les par­tis et les élec­teurs : les appa­ren­te­ments de listes. Les groupes les plus divers appa­rentent leurs listes, si bien que les élec­teurs ne savent plus quel parti ou groupe béné­fi­cie de leur vote en fin de compte.

Sys­tème élec­to­ral : la double pro­por­tion­nelle est simple et équi­table

La rai­son de cette ava­lanche de listes et du chaos des appa­ren­te­ments de listes qui y sont liés réside dans le sys­tème élec­to­ral actuel : celui-ci favo­rise les grands par­tis, désa­van­tage les petits et contient des dis­po­si­tions per­verses.

« Les limites du sys­tème élec­to­ral actuel sont deve­nues évi­dentes. Dans de nom­breux Can­tons, un sys­tème élec­to­ral simple et équi­table, sans appa­ren­te­ment de listes, est main­te­nant uti­lisé, celui de la double pro­por­tion­nelle. De plus, il n'y a qu'une seule liste par Can­ton et par parti. Ce sys­tème est éga­le­ment le plus judi­cieux pour les élec­tions au Conseil natio­nal. »

Marc Jost, Conseiller natio­nal PEV, BE

Toutes les voix ont le même poids

Neuf Can­tons élisent déjà leurs par­le­ments can­to­naux avec ce sys­tème élec­to­ral et des Can­tons sup­plé­men­taires s'y ajoutent régu­liè­re­ment. Avec le nou­veau sys­tème élec­to­ral, les sièges seront d'abord répar­tis entre les par­tis sur la base des parts élec­to­rales au niveau natio­nal. Ce n'est que dans un deuxième temps que les sièges sont répar­tis entre les par­tis et les grou­pe­ments dans les Can­tons. Les appa­ren­te­ments de listes ne sont ainsi plus néces­saires, puisqu'il n'y a pra­tique­ment plus de voix rési­duelles, mais que toutes les voix expri­mées ont le même poids dans tous les Can­tons.

« Dans le cas de la double pro­por­tion­nelle, une voix pour le PEV pro­fite effec­ti­ve­ment au PEV et non au Centre ou au pvl par le biais d'un appa­ren­te­ment de listes. De plus, une voix pour le PLR béné­fi­cie effec­ti­ve­ment au PLR et non à l'UDC comme, par exemple, en 2023, dans les Can­tons de Zurich ou d'Argovie. »

Marc Jost, Conseiller natio­nal PEV, BE

Une exi­gence de majo­rité per­met en outre de garan­tir que le parti ayant obtenu le plus de voix dans un Can­ton obtient au moins un siège.

Contacts :

Marc Jost, Conseiller natio­nal : 076 206 57 57
François Bach­mann, Vice-président (Roman­die) : 079 668 69 46
Roman Rutz, Secré­taire géné­ral : 078 683 56 05
Dirk Mei­sel, Res­pon­sable de la com­mu­ni­ca­tion : 079 193 12 70