Oui à la LRens et à «Economie verte», Non à «AVSplus»

Lors de sa 1ère Assem­blée extra­or­di­naire des délé­gués 2016 à Wil SG, le PEV Suisse a décidé de sou­te­nir la loi fédé­rale sur le ren­sei­gne­ment et l'initiative popu­laire «Eco­no­mie verte», mal­gré quelques doutes sur la mise en œuvre de cette der­nière par des régu­la­tions éta­tiques. Les délé­gués ont cepen­dant prôné le Non à l'initiative popu­laire «AVS­plus», la qua­li­fiant de réponse trop sim­pliste à un pro­blème réel et com­plexe.

Dans son mes­sage d'accueil Marianne Streiff, pré­si­dente du parti et conseillère natio­nale, a appelé à sou­te­nir l'initiative popu­laire pour plus de trans­pa­rence dans le finan­ce­ment de la vie poli­tique («ini­tia­tive sur la trans­pa­rence») suite au rejet des majo­ri­tés bour­geoise du Conseil natio­nal de toutes les ini­tia­tives par­le­men­taires allant dans cette direc­tion : «Au niveau par­le­men­taire il n'y a rien à obte­nir. Il est donc temps que le peuple se pro­nonce.» Elle a par ailleurs insisté sur l'importance du dia­logue et une approche indi­vi­duelle et dif­fé­ren­ciée des thèmes poli­tiques, pour dimi­nuer le risque de déci­sions telles que le Brexit. Une solu­tion rapide pour la mise en œuvre de l'initiative contre l'immigration de masse semble aujourd’hui illu­soire.

Empoi­gner le pro­blème à la racine

Avec le refus de la loi révi­sée sur la pro­tec­tion de l'environnement au Conseil natio­nal, le contre-projet du Conseil fédé­ral à l'initiative popu­laire «Pour une éco­no­mie durable et fon­dée sur une ges­tion effi­ciente des res­sources (éco­no­mie verte)» n'existe plus. C'est pourquoi Maja Ingold, conseillère natio­nale PEV, a plaidé pour un sou­tien de l'initiative. «Celle-ci empoigne le pro­blème de l'environnement, de l'équité et de l'économie à la racine et exige une uti­li­sa­tion éco­no­mique des res­sources», a expliqué Ingold. L'initiative a pour but de réduire l'empreinte éco­lo­gique de la Suisse à une seule Terre au lieu des 2,8 pla­nètes actuelles.

Pour une uti­li­sa­tion durable des res­sources natu­relles

«Pour atteindre les objec­tifs de déve­lop­pe­ment durable de l'ONU, une éco­no­mie verte est néces­saire», a argu­menté Mme Ingold. Une indus­trie plus éco­nome en res­sources, une consom­ma­tion et pro­duc­tion durable, la réduc­tion des déchets et recy­clage et la conser­va­tion de la bio­di­ver­sité sont des efforts qui vont dans la bonne direc­tion. «Tout le reste est Yolo! – You only live once – selon l'adage: après moi le déluge», a pré­tendu Maja Ingold. Les objec­tifs de l'initiative sont très ambi­tieux, et elle sou­tient un des enjeux prin­ci­paux du PEV: La sau­ve­garde de la créa­tion ainsi qu'une uti­li­sa­tion durable des res­sources natu­relles.  Par 67 Oui, 10 Non et une abs­ten­tion les délé­gués du PEV pro­posent fina­le­ment de voter OUI à l'initiative popu­laire «éco­no­mie verte».

Équi­libre rai­son­nable pour plus de sécu­rité

Bal­tha­sar Glät­tli, Conseiller natio­nal des Verts, a ensuite croisé ses argu­ments contre la loi fédé­rale sur le ren­sei­gne­ment (LRens) avec Jakob Büchler, Conseiller natio­nal PDC, qui a plaidé pour la loi. Après une dis­cus­sion sou­te­nue, les délé­gués du PEV ont décidé par 40 Oui, 21 Non et 15 abs­ten­tions le OUI à la loi fédé­rale sur le ren­sei­gne­ment. Le PEV Suisse voit dans la pré­sente loi un équi­libre rai­son­nable entre les droits de la per­son­na­lité et les nou­velles exi­gences à la sécu­rité contre le ter­ro­risme. Il juge cepen­dant impor­tant que les ins­tances déli­vrant les auto­ri­sa­tions soient aussi indé­pen­dantes que pos­sible, afin d'éviter des col­lectes injus­ti­fiées de don­nées.

«AVS­plus» ne tient pas suf­fi­sam­ment compte des géné­ra­tions futures

Paul Rech­stei­ner, Conseiller aux États PS, a défendu l'initiative popu­laire «AVS­plus: pour une AVS forte». Maja Ingold, conseillère natio­nale PEV, a contré ces argu­ments: «200 francs de plus par mois dans le por­te­mon­naie résolvent rare­ment le pro­blème». En revanche, les com­plé­ments actuels à l'AVS sont conçus pour per­mettre de com­plé­ter les lacunes indi­vi­duelles en fonc­tions des besoins. Ainsi l'exigence prin­ci­pale de l'initiative est rem­plie, c.-à-d. de cou­vrir le mini­mum vital. Elle a pour­suivi: «Avec cette ini­tia­tive popu­laire, nous impu­tons la majeure par­tie des 5 mil­liards de coûts annuels sup­plé­men­taires aux per­sonnes qui n'en ont pas besoin». De plus, les auteurs de l'initiative ne disent pas un mot concer­nant le finan­ce­ment. «Cette ini­tia­tive popu­laire attise le conflit entre géné­ra­tions en ne tenant pas suf­fi­sam­ment compte des géné­ra­tions futures.», a pré­cisé Ingold. Les per­dants dans cette his­toire seraient les enfants d'aujourd'hui qui se ver­raient por­ter une charge encore plus lourde, et ceci avec beau­coup moins de per­sonnes actives, en faveur des retrai­tés baby-boomers ayant une espé­rance de vie de plus en plus longue. Les délé­gués déci­dèrent, suite à un débat animé, par 18 Oui, 56 Non et 5 abs­ten­tions le Non à l'initiative popu­laire «AVS­plus».

Pho­tos

Photo 1 pour télé­char­ger
Légende: L'assemblée des délé­gués du PEV Suisse le 25 juin 2016 à Wil SG

Photo 2 pour télé­char­ger
Légende: Marianne Streiff, pré­si­dente de parti et Conseillère natio­nale PEV

Photo 3 pour télé­char­ger
Légende: Maja Ingold, Conseillère natio­nale PEV

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller, pré­si­dente du PEV, Conseillère natio­nale :
079 664 74 57, marianne.streiff(at)parl.ch

Maja Ingold, Conseillère natio­nale :
079 339 23 22, maja.ingold(at)parl.ch

François Bach­mann, vice-président du PEV :
079 668 69 46, f.bachmann(at)gmail.com

Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV :
079 948 68 93, christian.meyer(at)evppev.ch