Le PEV continue d'insister pour que la transparence soit poussée plus loin

Le PEV Suisse consi­dère qu'il est nui­sible pour la démo­cra­tie que les nou­velles majo­ri­tés du Conseil natio­nal se soient oppo­sées à toutes les inter­ven­tions par­le­men­taires pour davan­tage de trans­pa­rence de leurs acti­vi­tés poli­tique. Le PEV conti­nuera son enga­ge­ment pour que les par­le­men­taires soient tenus à dévoi­ler les sources et les rai­sons du co-financement de leur tra­vail. C'est pourquoi il fait par­tie du comité de l'initiative sur la trans­pa­rence.

« Les élec­trices et élec­teurs ont le droit de connaître les inté­rêts qui servent de moteur au tra­vail poli­tique des par­le­men­taires », estime Marianne Streiff, pré­si­dente du PEV et conseillère natio­nale.

La Suisse : en bas du clas­se­ment en matière de trans­pa­rence

C'est pourquoi le PEV conti­nue de sou­te­nir les reven­di­ca­tions selon lesquelles les par­le­men­taires doivent rendre publique les dons au-delà d'un cer­tain mon­tant qu'ils reçoivent pour leur tra­vail poli­tique. « Il est into­lé­rable que la Suisse soit l'un des der­niers pays d'Europe de refu­ser à ses citoyens ce mini­mum de trans­pa­rence », s'indigne Streiff. Cette trans­pa­rence est néces­saire pour la cré­di­bi­lité de notre démo­cra­tie.

De la clarté sur qui paie com­bien à qui et pourquoi

Il est dif­fi­cile de trou­ver und autre pays dons la popu­la­tion vote autant qu'en Suisse. Dans ces cam­pagnes de vota­tions et d'élections s'engagent, à côté des par­le­men­taires et des par­tis, divers orga­ni­sa­tions et entre­prises qui sou­tiennent ces der­niers avec des dons par­fois consi­dé­rables. Le PEV exige, ensemble avec ses par­te­naires, que désor­mais l'on puisse jouer cartes sur table : Il doit être clair qui paie com­bien à qui et pourquoi. « Une telle trans­pa­rence ren­for­ce­rait énor­mé­ment la confiance dans la poli­tique », estime Marianne Streiff, conseillère natio­nale.

Qui paie a des attentes

« Afin de pou­voir éva­luer le tra­vail des par­le­men­taires, il est per­ti­nent de savoir quels repré­sen­tants d'intérêt remettent à qui quels moyens, souligne-t-elle. « Car il est logique que les per­sonnes et orga­ni­sa­tions qui font des dons s'attendent à des retom­bées poli­tiques en leur faveur. »

 

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller, pré­si­dente du PEV, Conseillère natio­nale :
079 664 74 57, marianne.streiff(at)parl.ch

Maja Ingold, Conseillère natio­nale :
079 339 23 22, maja.ingold(at)parl.ch

François Bach­mann, vice-président du PEV :
079 668 69 46, f.bachmann(at)gmail.com

Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV :
079 948 68 93, christian.meyer(at)evppev.ch