Le PEV exige les contrôles stricts promis du DPI

Le PEV regrette l'acceptation de la nou­velle loi sur la pro­créa­tion médi­ca­le­ment assis­tée (LPMA). Il exige que le Conseil fédé­ral res­pecte sa pro­messe : Le DPI ose seule­ment être appliqué sous de stricts contrôles, afin de ne pas ouvrir la porte à une méde­cine repro­duc­tive éthique­ment dis­cu­table.

Cette loi qui est for­mu­lée de manière très géné­rale et peu concrète per­met l'application du diag­nos­tic préim-plantatoire (DPI) dans une mesure qui recèle un grand risque d'ouvrir une brèche dans la digue éthique. A pré­sent le Conseil fédé­ral est tenu de res­pec­ter ses pro­messes et de garan­tir des contrôles stricts dans l'application du DPI. Cette loi impré­cise n'ose pas, dans la pra­tique, être insi­dieu­se­ment éten­due étape par étape comme c'est le cas dans d'autres pays.

Des pro­cé­dures d'asile accé­lé­rées et équi­tables

Le PEV se féli­cite que les citoyennes et citoyens, en approu­vant la modi­fi­ca­tion de la loi sur l'asile, se sont pro-noncés en faveur d'un sys­tème suisse de l'asile plus effi­cace et équi­table. Le PEV a dès le début sou­tenu la voie pro­po­sée par la Confé­dé­ra­tion, les can­tons et les com­munes. À pré­sent les pro­cé­dures d'asile pour­ront réel­le­ment être accé­lé­rées. Lors de la mise en œuvre, il est impor­tant qu'une atten­tion par­ti­cu­lière soit accor­dée aux deman­deurs d'asile dont la demande a été reje­tée, afin d'éviter que ceux-ci passe à la clan­des­ti­nité.

Une poli­tique bien com­bi­née des trans­ports

Le PEV consi­dère qu'il est jus­ti­fié que l'initiative popu­laire «vache à lait» n'ai pas reçu le sou­tien de la majo­rité. Elle aurait mené à une dif­fé­rence de trai­te­ment sévère du tra­fic indi­vi­duel et à de pertes fis­cales consi­dé­rables au détri­ment des trans­ports publics, de l'éducation et de la recherche. Le PEV conti­nue de s'engager en faveur d'une poli­tique bien com­bi­née des trans­ports et d'une trans­pa­rence réelle des coûts. Il accorde à la cir­cu­la­tion publique une prio­rité plus éle­vée car celle-ci per­met une mobi­lité moins pol­luante avec d'avantage d'efficacité éner­gé­tique.

Pas de dété­rio­ra­tion du ser­vice public

Le PEV salue le fait que le peuple ait rejeté l'initiative popu­laire «En faveur du ser­vice public». Les mesures prises auraient agi à l'encontre des inten­tions jus­ti­fiées de l'initiative et auraient conduit à une dété­rio­ra­tion du ser­vice public.

Débat impor­tant sans solu­tions réa­li­sables

Le PEV fait bon accueil au refus de l'initiative «Pour un revenu de base incon­di­tion­nel». L'initiative est une vision inté­res­sante qui est, cepen­dant, tota­le­ment inadéquate pour rem­pla­cer un sys­tème social dif­fé­ren­cié et de haute qua­lité.

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller, pré­si­dente du PEV, Conseillère natio­nale :
079 664 74 57, marianne.streiff(at)parl.ch

Maja Ingold, Conseillère natio­nale :
079 339 23 22, maja.ingold(at)parl.ch

François Bach­mann, vice-président du PEV :
079 668 69 46, f.bachmann(at)gmail.com

Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV :
079 948 68 93, christian.meyer(at)evppev.ch