Menu Home

news

Délégués du PEV Suisse: pas de pitié pour Ecopop

L’initiative Eco­pop n’a eu aucune chance lors de l’assemblée des délé­gués du Parti Evan­gé­lique (PEV) à Fri­bourg. Selon les délé­gués, l’initiative ne per­met pas d’atteindre le but visé et nui­rait à l’économie. Le PEV pro­pose aussi de refu­ser l’initiative de l’UDC sur l’or, esti­mant que les condi­tions pro­po­sées seraient trop contrai­gnantes pour la BNS. Les délé­gués déci­dèrent en revanche un Oui à l’initiative « Halte aux pri­vi­lèges fis­caux des mil­lion­naires » puisqu’une impo­si­tion for­fai­taire serait anti­cons­ti­tu­tion­nelle et injuste à l’égard des simples citoyens.

La pré­si­dente cri­tique l’initiative sur l’asile de l‘UDC

„Il y a 150 ans presque jour pour jour, la pre­mière conven­tion de Genève fut signée“ : c’est avec ces paroles que la pré­si­dente du PEV Marianne Streiff ouvra l’assemblée des délé­gués à Fri­bourg. Elle sou­li­gna que les ini­tia­tives récem­ment annon­cées au sujet du droit huma­ni­taire, de l’aide au déve­lop­pe­ment ou de l’asile vont direc­te­ment à l’encontre de la tra­di­tion huma­ni­taire si chère à la Suisse. Elle fus­ti­gea notam­ment l’initiative UDC annon­cée sur l’asile: « Cette pro­po­si­tion est inhu­maine et ni chré­tienne ni soli­daire par rap­port aux Etats voi­sins », en appe­lant les délé­gués à s’élever contre ce genre de déve­lop­pe­ments.

Ensuite les délé­gués du PEV déci­dèrent des trois consignes de vote pour les sujets du 30 novembre.

 

Non ferme à l’initiative Eco­pop

L’initiative de l’association « Eco­pop » exige une limi­ta­tion de la crois­sance démo­gra­phique ainsi que, dans le cadre de l'aide inter­na­tio­nale au déve­lop­pe­ment, un inves­tis­se­ment plus impor­tant dans la pla­ni­fi­ca­tion fami­liale volon­taire.  « Cepen­dant l’immigration dépend aujourd’hui avant tout de la situa­tion éco­no­mique de la Suisse et de la demande corol­laire de main d'œuvre qua­li­fiée », rétorqua Marianne Streiff, conseillère natio­nale PEV. L’initiative Eco­pop veut intro­duire un pla­fond rigide pour l’immigration. Cette res­tric­tion aurait des effets désas­treux sur l'économie. En outre, l’initiative n’est pas com­pa­tible avec l'accord sur la libre cir­cu­la­tion des per­sonnes entre la Suisse et l'UE. « Si la Suisse dis­tri­buait encore des pré­ser­va­tifs dans les pays du Tiers Monde, parce que ces pays seraient res­pon­sables du mitage auto-infligé de la Suisse, alors l’image de la Suisse serait dura­ble­ment endom­ma­gée», dit la pré­si­dente du parti Marianne Streiff. Tout en par­ta­geant les craintes des ini­tiants quant à l’impact envi­ron­ne­men­tal de la crois­sance démo­gra­phique et du mitage, les délé­gués esti­mèrent que l’initiative d’Ecopop n’était pas le bon moyen pour résoudre ces pro­blèmes et pro­po­sèrent le Non à l’initiative Eco­pop avec 67 contre 7 voix.

 

Dum­ping fis­cal pour les mil­lion­naires cri­tiqué

Le PEV recom­mande le Oui à l’initiative « Halte aux pri­vi­lèges fis­caux des mil­lion­naires ».  Maja Ingold, conseillère natio­nale du PEV, déclare: « Des pri­vi­lèges fis­caux pour les per­sonnes phy­siques sont irre­ce­vables et repré­sentent une entrave impor­tante au prin­cipe de l’équité fis­cale ». Il s’agirait d’une vio­la­tion de l'ordre consti­tu­tion­nel. De plus, la plus-value éco­no­mique des impo­si­tions for­fai­taires serait très contro­ver­sée, selon Maja Ingold. Les recettes fis­cales des 5600 mul­ti­mil­lion­naires se mon­tèrent en 2012 qu'à un demi pour cent des recettes fis­cales. « L’imposition for­fai­taire est injuste et anti­so­ciale envers tous les citoyens impo­sés nor­ma­le­ment », insista Ingold en faveur de l’initiative.  Les délé­gués cri­tiquèrent sur­tout le dum­ping fis­cal pra­tiqué par la Suisse et de moins en moins toléré à l’étranger, en sou­te­nant que notre qua­lité de vie était une garan­tie suf­fi­sante pour que les mil­lion­naires en ques­tion ne décident pas subi­te­ment de par­tir et déci­dèrent ensuite lors du vote final un Oui à l’initiative popu­laire « Halte aux pri­vi­lèges fis­caux des mil­lion­naires » avec 73 contre 5 voix.

 

Accu­mu­la­tion d’or : fausse sécu­rité

L‘initiative « Sau­vez l'or de la Suisse » veut obli­ger la Banque natio­nale suisse (BNS) à déte­nir au moins 20% de ses actifs sous forme d'or. En rai­son de la crise finan­cière et éco­no­mique, la BNS a abaissé les taux d'intérêt qua­si­ment à zéro et a intro­duit un cours de change mini­mal face à l’euro. Cela a fait chu­ter la part d’or des actifs à 7%. Si l’on vou­lait, à l’heure actuelle, aug­men­ter la part d’or à 20%, il serait néces­saire d’acheter de grandes quan­ti­tés d’or pour un mon­tant total de 63 mil­liards de francs suisses. Selon l’initiative popu­laire, ces réserves d’or ne pour­raient pas être reven­dues lorsque la situa­tion éco­no­mique et finan­cière se détend, ce qui condui­rait à une accu­mu­la­tion mal­saine d’or. « Les pla­ce­ments en or sont loin d’être sans risque. L’or peut aussi se dépré­cier mas­si­ve­ment », aver­tit Maja Ingold, conseillère natio­nale PEV. De plus, la marge de manœuvre de la BNS serait beau­coup trop réduite avec une pro­por­tion mini­male rigide d’or, expliqua Maja Ingold. Avec l’acceptation de l’initiative, il serait beau­coup plus dif­fi­cile pour la BNS d’appliquer une poli­tique moné­taire ser­vant les inté­rêts du pays. L’acquisition d’Euros pour sou­te­nir l'industrie d'exportation suisse serait, par exemple, pra­tique­ment plus pos­sible. Les délé­gués du PEV refu­sèrent par consé­quent l’initiative sur l’or avec 71 contre 1 voix.

 

Site web du PEV: www.evppev.ch

 

Fri­bourg, le 23 août 2014 / jdr/cm

 

 

Pour tout ren­sei­gne­ment :

Marianne Streiff-Feller (BE), pré­si­dente du PEV Suisse, conseillère natio­nale: 079 664 74 57

François Bach­mann (VD), vice-président romand du PEV Suisse : 079 668 69 46

Maja Ingold (ZH), conseillère natio­nale : 079 339 23 22

Chris­tian Meyer, coor­di­na­teur romand du PEV Suisse : 079 948 68 93

Joel Blu­nier, secré­taire géné­ral PEV Suisse : 076 379 76 79

Jean-Daniel Roth, chargé de com­mu­ni­ca­tion du PEV Suisse : 079 193 12 70